29 octobre 2019

La Tech4Good, ce hashtag qu’on voit partout

Depuis quelque temps maintenant, suite à la prise de conscience collective autour du développement durable et aux impacts négatifs que peuvent générer l’innovation et le digital, on voit apparaître le terme Tech4good. En effet, ce concept se développe de plus en plus dans le milieu de la startup notamment mais est également soutenu par nos politiciens. Cet article a pour objectif de peindre un portrait rapide de ce concept en pleine expansion.

Qu’est ce que la Tech4Good ?

Notre société connaît régulièrement des changements surtout depuis le début de l’ère du numérique. Petit à petit nous prenons conscience des effets que cette révolution peut avoir au niveau économique, sociétal et environnemental. Cette prise de conscience est un nouveau tournant dans l’industrie de l’innovation laissant place à l’envie d’innover pour le bien commun. Comme le suggère Clément Bastide, fondateur de l’agence digitale OutRun, la Tech4good introduit les notions de bienveillance et de durabilité dans l’innovation.

“Pour moi, la Tech for Good désigne l’idée de passer de l’innovation au progrès. On imagine des concepts basés sur des idées qui pourrait nous aider à mieux vivre, car elles ont un impact direct sur l’individu et la société. Aujourd’hui, la technologie nous permet de répondre à des enjeux qui nous dépassaient il y a quelques années, mais pose également de nombreuses questions auxquelles il est important de répondre. Par exemple, comment instaurer ces mesures dans les mœurs sans bouleverser un mode de fonctionnement déjà établi ?” - Clément Bastide, Comprendre la Tech for Good en 3 questions, culture-formations.fr, mai 2019

#HealthTech - La startup française “Pixee Medical a mis au point un dispositif qui vise à appliquer la réalité augmentée à la chirurgie du genou puis de l'épaule, en guidant le praticien grâce à des lunettes connectées, à la façon d'un GPS.” voir l’article des Echos.

En effet, si l’on prend l’exemple des réseaux sociaux comme Facebook, ils ont été populaires très vites. Peu d’entre nous aurait pu prévoir les impacts que cela a pu avoir sur nos vies. En s’imposant, les réseaux sociaux ont changé notre quotidien et ont participé au  façonnage de nouvelles problématiques sociétales : l’expansion du cyber harcèlement, le body shaming, la sur-médiatisation, l'instantanéité, l’apparition de nouveaux métiers, entre autres.

Vous l’aurez compris, la Tech4good souhaite anticiper ces impacts - surtout négatifs - tout en continuant à améliorer nos vies quotidiennes. Par soucis d’inclusion et de bienveillance, elle s’intéresse à des sujets peu mis en lumière jusqu’ici et de nouveaux sous-mouvements font leur apparition :

  • La Tech 4 climate change ou la GreenTech qui propose des solutions aux problématiques liées au réchauffement climatique;
  • La Health Tech ou la Tech4health qui permet de rendre accessible les prothèses grâce à l’impression 3D ;
  • La CivicTech et HandiTech traitant tous deux de l’inclusivité sociale et citoyenne ;
  • l’EdTech ou la Tech4Education avec par exemple la VR comme nouvel outil pédagogique.

Ainsi, des industries traditionnelles sont en plein changement.

#EdTech -Lalilo est une application web construite avec les professeurs des écoles et pour les professeurs et leurs élèves. Elle permet un suivi en classe et à la maison.”

Un mouvement global

Il est certain que ces questions autour de l’impact positif que peut avoir la Tech sur la société sont maintenant au coeur des débats. Il semblerait qu’il y a un réel désir d’innover pour la société et non plus seulement pour la technologie comme on a pu le voir lors de VivaTech en début d’année. En effet, tout au long de ces 3 jours de salons ont eu lieu des conférences autour de cette thématique afin de sensibiliser les gens. On y voit une réelle opportunité : la 4ème Révolution Industrielle, l’Industrie 4.0, au service de l’Humain. Cet essor autour de la Tech4Good sollicite également l’intérêt de financement conséquent et l’appuie de grands groupes. En effet, selon l’étude de Tech In France et PwC France et Afrique francophone, voici quelques chiffres clés qui représentent la Tech4Good :

  • Sur 120 entreprises retenues par l’étude, plus de 50% ont eu une levée de fond d’au moins 1 million d’euros.
  • Près de ⅔ des entreprises dans la Tech4Climate ont levé plus d’1 million d’euros.
  • 7% des 120 entreprises ont levé plus de 10 millions d’euros.

A cet engouement économique s’ajoute un appui de la part de la société civile avec des initiatives associatives et un fort soutien de la part du gouvernement.

#HandiTech - Wheeliz, la location entre particuliers de véhicules aménagés. Voir d’autres startups françaises issues de la HandiTech.

Qu’en disent les gouvernements ?

Depuis quelques années maintenant, on voit de plus en plus de politiciens s’intéresser à l’innovation technologique. En effet, cette évolution technologique constante soulève de nouvelles problématiques de gouvernance notamment en ce qui concerne la gestion de la Data, la dématérialisation des Services Publics, de nouveaux modes de transports, la transformation des villes, etc. Les gouvernements doivent donc s’adapter et développer de nouvelles protections citoyennes. Les politiciens ont non seulement un devoir de protection envers les citoyens mais aussi envers la planète tout en développant économiquement le pays.

C’est ce qu’ont mis en avant les évènements successifs de ce milieu d’année 2019 :

  • Le 2ème Sommet de la Tech4Good eu lieu le 15 mai dernier à l’Élysée. Son objectif fut de réfléchir avec des acteurs de l’innovation, au développement technologique pour un impact positif sur la société. Cette année 5 ateliers étaient au programme : l’accès à l’éducation; la diversité, le travail, l’inclusion sociale et la protection de l'environnement. 
  • L’engagement de chef d’Etat, le même jour que le sommet, de dirigeants d’entreprises  via “L’appel de Christchurch” pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme en ligne.
  • VivaTech 2019 durant lequel la sécurité digitale fut au centre des des priorités politiques. En effet, Justin Trudeau, premier ministre Canadien, a insisté sur l’importance de l’implication des gouvernements dans l’innovation et dans cette 4ème révolution industrielle que nous traversons : “hate and extremism are thriving online” ( "La haine et l'extrémisme prospèrent en ligne"). Comme nous l’ont montré les élections américaines, le Facebook Data Leak, la diffusion live de attentats de Christchurch ou encore la propagation en masse des fake news, la sécurité en ligne est plus que jamais incertaine. 

#GreenTech - Chouette, la startup qui permet aux viticulteurs de surveiller leurs vignes à l’aide de drones. Découvrir d’autres startup de la GreenTech.

La succession du Sommet pour la Tech4Good, “L’appel de Christchurch”, puis de Vivatech 2019 lance un message pour que les acteurs de l’innovation, de la startup au gouvernement, se rassemblent pour avancer ensemble pour une société plus sûr, plus équitable et plus saine. Quel cela soit un coup de com’ ou une mise en action sincère, cela est un autre débat.

Que penser de tout ça ?

Effectivement, tout cela est bien but what next ? On va se heurter inévitablement aux GAFA dont l’influence sur le monde économique est telle qu’on en peut pas les ignorer et encore moins ne pas les inclure dans la démarche. Le projet réel perd de sa valeur, de son impact. Les sanctionner c’est aussi se punir économiquement mais aussi culturellement puisqu’ils sont ancrés dans nos moeurs. Qui ne publie pas ses vacances sur les réseaux sociaux ? Qui ne communique pas à distance via Whatsapp ? Qui ne cherche pas à limiter ses coûts au quotidien tout en gardant un confort et une liberté de mouvements ? Dans le même genre, le Sommet de la Tech4Good fut peu médiatisée mais y été présents le PDG de Twitter notamment ou encore des représentants de Delivroo. Super qu’ils soient présents mais eux aussi ont beaucoup à faire pourrait-on dire. Bref, la controverse sera toujours là.

Pour conclure, la Tech4good ce n’est pas qu’un coup de pub en investissant dans des produits pour la conscience des consommateurs mais aussi un état d’esprit et une attitude éthique dans sa globalité (interne et externe). Les investissements semblent aller vers des innovations plus bienveillantes, la technologie et le développement durable ne sont plus vus comme des adversaires. Peut-on penser que cette Tech4Good est la réponse à la crise mondiale et sociale que nous traversons ? ou est-ce un nouveau genre de green washing ?



Amandine Guegano —  UX & Service Designer @ Use Design, une agence de design à Paris qui donne vie à des stratégies, des produits digitaux et des services innovants.
Crédits : Jeremy Lanfranchi - Power Tree Singapore

12 juin 2024

L’interface de votre produit doit elle ressembler à vos concurrents ? (partie 1/2)

Dans un récent article le Dr. Benjamin DELSOL nous dévoile le concept de Dominant Design, où comment un produit devient le leader de son marché / domaine et empêche ainsi toute innovation...

C’est d’ailleurs un aspect abordé par Jean Louis Frechin dans son livre Le design des choses, par exemple page 123 :
“[...] comment se différencier et répondre à un contexte, à une culture ? Sommes-nous satisfaits de l’homogénéité qui en résulte ? [...]”

Car, en effet pour vous, en tant que créateur de plateforme digitale, devez-vous apporter votre singularité ? et comment ?
use.design vous propose en introduction à cette question un tour d’horizon de ce “Design Dominant” qui ne date en effet pas d’hier. Vous le verrez au travers de 5 exemples dans divers domaines

🏠 Exemple #1 - Dans l'architecture

En dehors des “stars” de l’architecture (les personnalités, les agences, leurs constructions), notre environnement urbain “se ressemble”. Que ce soit pour les bureaux et plus encore les habitations individuelles, un Design Dominant a émergé depuis de nombreuses années ; tellement dominant qu’il gomme les singularités des cultures régionales.

🛋️ Exemple #2 - Dans la décoration

Si l’on ne peut que rarement maîtriser le dessin de sa maison, sa décoration elle nous permet toutes les libertés. Mais, en êtes-vous si sûr ? Voyez par exemple cette mode de la cloison industrielle pour séparer la cuisine du salon. Les enseignes de bricolage, aidées des influenceurs de la décoration, vous submergent de cette solution “toute prête à l’emploi”.

🚙 Exemple #3 - Dans l'automobile

Qui n’a jamais entendu la phrase “aujourd’hui, toutes les voitures se ressemblent !”. Bien sûr, un oeil de designer averti vous démontrera le contraire, mais pour le plus grand nombre, comment ne pas résister à la déferlante par exemple du Design Dominant des SUV ? ou à celle, en France, de voitures toutes blanches, grise ou noires, sans couleur ?

👔 Exemples #4 - Dans la mode

Concernant la mode, on parle moins de Design Dominant que de “tendances”. Mais les conséquences sont identiques, et cette “domination” dans nos façons de nous habiller est vielle comme le monde. L’univers de la mode nous démontre la multiplicité de ces dominations, et la vitesse folle de son accélération, en particulier avec la (ultra)fast-fashion.

💻 Exemple #5 - Dans la Tech.

Et oui, le monde de la tech et du digital, n’est pas épargné bien au contraire. Nous le verrons en détail dans notre prochaine publication, mais observez bien ce Design Dominant de TOUS nos objets digitaux et bien évidement des interfaces qui submergent notre quotidien, et où désormais la domination gagne tous les domaines publiques et professionnels...

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

30 mai 2024

Mettez des Agents IA pour faire adopter votre produit ! Partie 2/2

Mais, qu’en est-t-il pour VOUS, EN TANT QUE CRÉATEUR DE PLATE-FORME DIGITALE, ET POUR VOS UTILISATEURS PROFESSIONNELS ? use.design vous propose un résumé de cet article afin de vous aider côté Design UX/UI/Product à imaginer ce que pourrait être VOTRE Agents IA.

C’est quoi un Agent IA ?

Un Agent IA (d'intelligence artificielle) est une entité capable d'agir de manière autonome dans un environnement.

Il peut prendre des informations sur son environnement, prendre des décisions sur la base de ces données et agir pour transformer les circonstances - physiques, numériques ou mixtes.

Les systèmes les plus avancés peuvent apprendre et mettre à jour leur comportement au fil du temps, en essayant constamment de nouvelles solutions à un problème jusqu'à ce qu'ils atteignent leur objectif.

Sans oublier que cet Agent, aussi autonome soit-il, doit être piloté par un utilisateur afin de lui exposer son besoin, son problème que l’Agent devra résoudre.

Mais qu’est ce qui définit un Agent IA ?

Ses Capteurs

Ses capteurs permettent à l'Agent de percevoir son environnement afin de recueillir des informations. Ce sont les données provenant du monde qui l’entoure : images, sons, fréquences radio, etc. Pour les Agents de plateformes digitales, il peut s'agir d'une fonction de recherche sur le web ou d'un outil permettant de lire des fichiers PDF...

Ses Actionneurs

Ses actionneurs aident l'Agent IA à agir dans le monde. Pour les Agents de plateformes digitales, il peut s'agir d'un outil permettant de créer des fichiers dans un ordinateur ou de tout autre outil logiciel / digital.
Ses actionneurs lui permettent également de dialoguer avec son utilisateur sur la conduite de la résolution du problème.

Ses Processeurs

Les processeurs, les systèmes de contrôle et les mécanismes de prise de décision constituent le "cerveau" de l'Agent IA. Ils traitent les informations provenant des capteurs, réfléchissent au meilleur plan d'action, émettent des commandes aux actionneurs. Pour s’adresser à son utilisateur ils disposent d’un langage naturel qui créé les conditions du dialogue.

Ses Connaissances

Ses systèmes de base d'apprentissage et de connaissances stockent des données qui aident l'Agent d'IA à accomplir des tâches ; par exemple, une base de données de faits ou de perceptions passées, de difficultés rencontrées et de solutions trouvées. Cette base de connaissance est “illimitée” en quantité, qualité (multi-expertises) et durée.

Et pour conclure :

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

22 mai 2024

Mettez des Agents IA pour faire adopter votre produit ! Partie 1/2

Mais, qu’en est-t-il pour VOUS, EN TANT QUE CRÉATEUR DE PLATE-FORME DIGITALE, ET POUR VOS UTILISATEURS PROFESSIONNELS ? use.design vous propose un résumé de cet article afin de vous aider côté Design UX/UI/Product à déceler les bénéfices à venir de ces “Agents IA”.

Le monde d’avant / aujourd’hui - Afin de réaliser une tâche, c’est à l’utilisateur de (presque) tout faire.

Jusqu’à maintenant en effet, c’est à l’utilisateur de choisir le dispositif avec lequel il doit interagir, puis le logiciel /application, et enfin toute les actions et interactions qui le mèneront à l’aboutis-sement de sa tâche. Il “commande” la machine grâce à l’interface graphique.

D’ici les 5 prochaines années ! - L’utilisateur n’aura plus qu’à exprimer ce dont il a besoin.

Peut importe depuis quel dispositif il est connecté, votre utilisateur aura simplement à exposer ce qu’il veut accomplir et la machine réalisera son souhait. Et ce de manière personnalisée, en fonction de tout ce qu’elle connaitra sur lui et de son environnement de travail.

La promesse : “Dans un avenir proche, toute personne en ligne pourra disposer d'un assistant personnel (..)”

En effet, pour réaliser ce but (faire exécuter ses tâches par la machine), votre utilisateur devra non plus seulement interagir avec la machine mais dialoguer avec elle, comme il le ferait avec un collaborateur, un assistant.

Afin d’améliorer la productivité de vos utilisateurs

Peu importe l’expérience et la qualification de vos utilisateurs, vous leur mettrez à disposition un Agent (assistant) qui pourra les seconder, en lui délégant certaines tâches de manière extrêmement efficiente car ce sera le fruit de la richesse des datas, des LLM et des discussions qui auront lieu entre l’utilisateur et l’agent.

En leur faisant bénéficier de toutes vos expertises

De la même manière que vos utilisateurs échangent et coopèrent dans l’entreprise, vous pourrez leur proposer de s’appuyer sur des Agents riches (Agentic Workflow) pour réaliser des tâches complexes, ou associer plusieurs Agents spécialisés pour réaliser ces tâches complexes.
Par exemple : coder + tester + designer...

Pour ouvrir le champ des possibles de leur business.

Imaginez que cet Agent / ces Agents aident vos utilisateurs non plus seulement sur leur activités et tâches quotidiennes (dont ils apprendront au fil du temps), mais les accompagnement également à créer, à innover. Car l’Agent pourra mixer expertise, connaissance métier, processus et data pour tester des idées...

Et pour conclure :

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

9 avril 2024

NOUVEAU – Notre calculateur de taille de composant en Design UI

Notre agence use.design vous propose ce nouvel outil, un calculateur pour trouver la bonne taille de votre composant en design UI : taille de boutons, taille de police et taille de ligne de tableau.

En tant que UI Designer ou Développeur Front, vous pouvez être confronté à une grande variété de dispositifs et de contextes d’interface...

Et vous vous demandez souvent quelle doit être la dimension idéale de votre composant afin qu'il soit bien identifié par votre utilisateur ? Et bien...

... notre agence use.design, vous a concocté un petit outils, spécialement imaginé pour vous, qui va révolutionner votre quotidien !

Découvrez-le ici 👉
https://www.use.design/calculateur-taille-composant-design-ui

Vous trouverez sur cette page toutes les explications pour bien utiliser notre calculateur 👍.

Mais pourquoi ce calculateur ?

En tant que concepteur d’interface vous devez vous poser la question de proposer la bonne taille de composant à votre utilisateur en fonction du support. Hors c’est souvent un calcul laborieux à effectuer, qui plus est, sur la base de bonnes pratiques assez rares sur le sujet...

Et pour autant, par le passé, des designers (industriels) ont été aidés par de nombreux outils leur permettant de dimensionner leurs solutions. En particulier le corpus réalisé en 1960 par l’agence Henry Dreyfuss “The Measure of Man and Woman: Human Factors in Design”.

Avec le temps, ces données et surtout un support associé le “HUMANSCALE” s’est oublié... et il a fallu l’excellente initiative de l’agence IA Collaborative qui a décidé en 2017 de ré-éditer ce livre/outils HUMANSCALE dans un coffret de 3 volumes avec leurs disques de calcul.

Chez use.design, nous avons toujours été admirateurs du travail réalisé pour ce HUMANSCALE par l’agence Henry Dreyfuss. Aussi, nous voulions leur rendre hommage, en vous proposant un outil modernisé (digital) sur lequel proposer notre modeste expertise dans le domaine du design d’IHM !

La suite ?

Nous avons donc décidé de développer et vous proposer gratuitement cet outil dès maintenant 😀

N’hésitez-pas à le tester et nous faire vos retours pour l’améliorer et l’adapter à vos besoins.

En particulier, si vous souhaitez que l'on ajoute des composants essentiels pour vos dimensionnements d'interface, n'hésitez-pas à nous contacter sur : team@use.design

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

2 avril 2024

L’IA sera-t-elle adoptée pour le futur de vos interfaces ?

Mais, qu’en est-t-il pour LES UTILISATEURS DU MONDE PROFESSIONNEL QUE D’ENVISAGER UN NOUVEAU PARADIGME ? En quoi cela peut-il les aider ? Voici selon use.design, en résumé ce que côté Design UX/UI/Product vous pouvez retenir pour faire adopter l’IA pour vos plateformes digitales métier.

Du design d'interaction basé sur les commandes

Le paradigme actuel, c’est à dire la manière dont nous interagissions avec l’ordinateur, la machine, le digital, date du milieu des années 60. Peu de choses ont changé si ce n’est les interfaces graphiques, puis le tactile comme moyen d’interagir. Mais la forme de dialogue, elle, restait la même.

aux spécifications de résultats basées sur l'intention

Ce n’est que dernièrement, avec l’essor de l’IA et des “prompts” que l’on a pu tous entrevoir un nouveau paradigme de dialogue avec le digital. On ne dialogue plus via des composants d’interface, mais via une forme de dialogue direct, en “langage naturel” avec la machine.

... vers une interface utilisateur hybride

Cependant, ces “prompts” montrent leurs limites. On doit s’y former et le dialogue manque cruellement de convivialité. Hors l’utilisateur mérite mieux que cette modeste solution technologique de dialogue. Une voie serait de proposer un mix, un hybride des 2 : “commande & résultat”.

Partir d’un focus orienté sur les interfaces

Alors, si les prompts ne sont pas le bon outil d’interface pour l’IA, quel est-il ? Quelle voie devez-vous suivre pour vos plateformes digitales ?
Et bien en premier lieu, vous devez sortir d’une approche Design exclusivement orientée par la solution d’interface pour l’ensemble de vos utilisateurs...

pour aller vers la conception de résultats

Pour adopter une autre approche où vous chercherez à :
. présenter des résultats, le plus directement - naturellement - en phase avec le besoin utilisateur,
. et en ayant le souci que ce résultat (son fond et sa forme) soit personnalisé suivant chaque utilisateur visé.

... en s’intégrant dans les habitudes de travail

Vous l’avez sûrement deviné : le prompt n’est pas l’avenir de l’IA, ce n’est qu’un “POC technique”. En tant que fournisseur de plateforme digitale, c’est à vous que revient le défi de répondre à cet enjeu de l’adoption : sur la base des habitudes actuelles de travail, imaginez les nouveaux outils faisant la part belle à l’IA.

Et pour conclure :

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

13 mars 2024

Où en êtes vous de l’adoption digitale ? (partie #2)

Mi-2022, l’éditeur SaaS Walkme a conduit une étude internationale sur l’état de l’adoption digitale auprès des grandes entreprises. En voici de nouvelles indications à une échelle internationale...
Mais qu’en est-t-il pour vous ?

QUELLES INDICATIONS PEUVENT VOUS AIDER À RENFORCER CET ENJEU POUR VOS PRODUITS À DESTINATION DES PROS ?

Voici selon use.design, 8 indications ressorties de cette études qui aideront vos utilisateurs pros à adopter vos produits.

Indication #1 - 60% des décideurs s'inquiètent de savoir si les projets digitaux produiront le ROI escompté si les utilisateurs finaux n'adoptent pas la technologie assez vite

Cela veut dire que pour ces décideurs, l’adoption est un indicateur essentiel pour leur business, directement relié au ROI de leurs activités. C’est donc le signe que ce enjeu doit également être le vôtre !

Indication #2 - 52% des entreprises déclarent que leurs outils digitaux n'ont pas répondu à leurs attentes

Peut-être leurs attentes étaient mal fixées, ou le problème à résoudre avait été mal identifié, mais très certainement aussi, qu’un désalignement s’est produit entre les souhaits des décideurs et la manière dont les utilisateurs ont reçu et adopté ces nouveaux outils digitaux.

Indication #3 - 18% (seulement) des champs de formulaire des CRM sont remplis par les utilisateurs finaux

C’est un bon exemple de l’indication précédente : le décideur met en place un outil digital (ici le CRM)… qui au final est très très peu utilisé (car alimenté par peu de données). Autant dire qu’il y a “le feu” dans le cas présent et qu’une démarche Design (UX/UI/Product) s’impose…

Indication #4 - 59% des décideurs pensent qu’une meilleure expérience utilisateur est le facteur principal d’adoption

Voilà donc la preuve que ces décideurs ont bien conscience que travailler sur le Design UX/UI de leur application leur garantira l’adoption et donc le succès de leur business. Mais il ne s’agit pas que de revoir la couleur des boutons…

Indication #5 - 97% d’écart entre le nombre de processus digitaux que les entreprises pensent utiliser et ce qu'elles utilisent réellement

En effet, comme indiqué dans notre précédente indication, l’enjeu de l’adoption
n’est pas résolu pas une “belle couleur” de bouton, mais pas la qualité d’accompagnement des processus métiers de l’entreprise que permet l’outils digital.

Indication #6 - 59% des entreprises n'ont pas d'indicateurs de performance spécifiques pour mesurer l'adoption des technologies digitales

De la même manière que l’entreprise doit avoir des données précises sur ses processus métier et leur suivi, elle se doit désormais de mesurer l’adoption digitale de toute ses applications, pour tous ses segments d’utilisateurs, de BU ou filiale.

Indication #7 - 48% des entreprises pensent que l’indicateur principal d’adoption d’un outil digital est sa “facilité d’utilisation”

Facile à dire 😉 Mais très difficile à mesurer car ce KPI n’est pas évident à définir. Doit-on se contenter d’un NPS ? de notes de 1 à 10 ? Non, bien évidement, il faut aller au coeur du métier des utilisateurs pour déceler où se situe cette “facilité”…

Indication #8 - Il existe un écart de 40% entre la visibilité que les entreprises pensent avoir et la visibilité totale sur l'adoption de toutes les applications !

En effet, si 70% des entreprises pensent avoir une visibilité complète sur l'adoption de nouvelles applications, seulement 30% disposent réellement d'une visibilité complète sur l'adoption de nouvelles applications ; donc cet écart de 40%.

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

5 mars 2024

Où en êtes vous de l’adoption digitale ? (partie #1)

Mi-2022, l’éditeur SaaS Walkme a conduit une étude internationale sur l’état de l’adoption digitale auprès des grandes entreprises. En voici quelques précieuses indications pour la France...
Alors qu’en est-t-il pour vous ?

QUELLES INDICATIONS PEUVENT VOUS AIDER À RENFORCER CET ENJEU POUR VOS PRODUITS À DESTINATION DES PROS ?

Voici selon use.design, 8 indications ressorties de cette études qui aideront vos utilisateurs pros à adopter vos produits.

Indication #1 - 60% des entreprises sont sous pression pour accélérer la transformation digitale

Cette pression est compréhensible au vue de votre univers concurrentiel et des attentes de vos clients à “plus de digital”. Cependant, elle ne doit pas se faire au détriment de vos utilisateurs, au risque de mener à des échecs en interne, et à l’insatisfaction de vos clients qui pour-ront se tourner vers d’autres produits.

Indication #2 - 62% de leurs KPIS numériques ne sont pas atteints chaque année

La bonne question à se poser tout d’abord est de savoir si l’adoption fait partie de vos KPIs. Si oui, vérifier comment cet indicateur est construit (vos objectifs) et étudiez ce qui peut être amélioré avec votre équipe Design / Product.
Si non, voilà un indicateur clé de succès à proposer très vite à votre équipe 😉

Indication #3 - 52% déclarent que les employés manquent de dextérité numérique pour utiliser efficacement les applications

Dit d’une autre manière : 1 personne sur 2, ne sait donc pas bien utiliser votre produit digital ! Cela peut faire peur, mais une approche centrée utilisateur vous donnera les clés pour savoir si cela provient d’un désalignement entre les processus existant vs digitaux.

Indication #4 - 65% des dirigeants affirment que les mauvaises expériences digitales contribuent probablement à la démission des employés

C’est la conséquence ultime d’une insatisfaction de vos utilisateurs. Aussi suivre cet indicateur est essentiel pour éviter d’en arriver là. Vos utilisateurs méritent des produits conviviaux, simples, agréables et faciles à adopter !

Indication #5 - 45% pensent qu'un manque d'adoption par les utilisateurs finaux a un impact négatif sur le ROI du digital

Il est évident que si la moitié de vos utilisateurs n’adoptent pas votre produit, le résultat ne peut être présent. Vous devez donc insister pour favoriser cette adoption et en suivre les données pour contrôler l’impact business.

Indication #6 - 13% seulement utilisent l'adoption comme indicateur clé de la transformation digitale

Il y a certainement de très nombreux indicateurs clés de la transformation digitale, mais celui de l’adoption est le plus près de vos utilisateurs, et donc de l’humain. C’est surtout celui qui vous donne une vision sur la durée : l’adoption c’est l’usage sur le long terme.

Indication #7 - 78% ont des employés ou des équipes internes pour gérer l'adoption du digital

On l’a vu, prendre en compte cet enjeu de l’adoption est essentiel. Et les entreprises semblent armées. Mais le sont-elles véritablement ? Quels rôles, quels experts, quelles BU en charge de cet enjeu ?
Est-il remonté aux managers et aux dirigeants comme tout enjeu stratégique ?
Est-il suffisamment suivi au jour le jour ?

Indication #8 - 5 principales conséquences d'une adoption du digital ratée

. Inefficacité opérationnelle et gaspillage de ressources
. Faible rétention des employés
. Perte d'un avantage concurrentiel
. Risque accru pour la sécurité
. Incapacité à s'adapter aux changements du secteur

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

6 février 2024

Le casque Apple Vision Pro sera-t-il adopté par les professionnels ?

Le lancement cette semaine aux USA du nouveau Casque / Ordinateur spatial Apple Vision Pro a occasionné de nombreuses réactions quand à son utilisation dans le quotidien par ses premiers clients...

Alors qu’en sera-t-il pour les utilisateurs du monde professionnel quand ce dispositif entrera dans leur quotidien ?

Voici selon use.design, 6 enjeux UX/UI qui aideront à engager l’adoption du Apple Vision Pro et autres “Ordinateurs Spatiaux” :

Enjeu #1 - La découverte...

L’une des principales innovation de ce dispositif est le nouveau paradigme d’interaction : le Spatial Design. En effet, la grand majorité des interactions se fait “dans l’espace” au moyen des gestes et des mouvements (corps, membres, têtes, yeux). Pour engager l’adoption, il faudra donc faire découvrir (et apprendre) ces nouvelles interactions à vos utilisateurs.

Enjeu #2 - L'autonomie...

Un peu comme pour le smartphone, ce dispositif “embarque” tout avec lui : tout le monde digital de votre entreprise (et au delà) lui est donc disponible à tout moment. Vous pouvez donc encore accentuer sa capacité à être autonome pour réaliser des tâches, suivre les indicateurs de l’entreprise, accompagner ses collaborateurs...

Enjeu #3 - La persistance (spatiale)...

Les premières vidéos d’utilisation dans le foyer montrent la diversité des lieux où l’expérience spatiale peut se dérouler. Imaginez la même chose dans votre entreprise (sites, bâtiments, pièces)... et imaginez ce que la persistance spatiale (la “mémoire” de ces informations et interactions) peut engendrer comme effets bénéfiques sur vos utilisateurs.

Enjeu #4 - La coopération...

La qualité de la coopération digitale est un enjeux clé dans l’entreprise. Pour engager l’adoption de ce nouveau dispositif, vous devrez garantir que l’utilisateur ne sera pas isolé de ses équipes, et donc l’accompagner dans ses interactions. La capacité à “ramener” des avatars dans son environnement virtuel de proximité peut être un bon atout de lien social.

Enjeu #5 - La gamification...

Tout nouveau dispositif cherche sa “killer feature” qui engagera le succès et donc l’adoption. Un axe de réflexion dans le domaine de l’entreprise sera, grâce à ce dispositif, d’apporter la “gamification” à vos utilisateurs. Rendre une tâche agréable et ludique à réaliser aidera vos utilisateurs à la réaliser plus facilement, plus rapidement, avec plus d’efficience.

Enjeu #6 - Le compagnon...

Dans de nombreux domaines professionnels on voit arriver des objects “compagnons” autonomes (drones) qu’il n’est pas toujours facile à faire adopter.
Ce dispositif sera un excellent levier pour atteindre cette adoption en permettant de créer un lien entre l’utilisateur et son(ses) compagnon(s), quelle que soit la distance entre eux.

Offrir une expérience utilisateur irréprochable n’est plus option, c’est une obligation. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #visionpro #spatialcomputing #spatialdesign #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

30 janvier 2024

6 indicateur clés pour mesurer l’adoption de votre produit digital

Pour votre SaaS, ERP & CRM, IHM & Embarqué, Mobilité, Application et Logiciel métier, Salle de contrôle... Que vous soyez éditeur logiciel, PO/PM, Product/UX designer ne ratez-pas le train de l’adoption !

Nicolas Boucher a partagé récemment une synthèse des 100 indicateurs (KPIs) qui ont le plus de valeur à ses yeux.
Pour les SaaS, nous en avons sélectionné 6 qui vous aideront à mesurer l’adoption de votre produit - SaaS ou autre ;-).

Total Adressable Market - Taille du marché adressable

Cet indicateur vous permet de vérifier à quel taille de marché correspond votre produit. Et ainsi en déduire la hauteur du revenu futur. Essayez de décomposer ce marché suivant vos Personas pour ainsi avoir une vision plus fine de l’expérience utilisateur de chacun.

New Buyer Growth Rate - Taux de croissance des nouveaux acheteurs

Suivre cet indicateur, c’est avoir une vision précise au jour le jour de l’engagement de vos nouveaux clients et donc utilisateurs.
Une baisse de ce taux doit vous inciter à en comprendre les raisons : insatisfaction UX/UI, manque fonctionnel, produit trop cher, apparition de concurrence...

Average Revenue Per User - Revenu moyen par utilisateur

Cet indicateur financier est important à suivre car vos utilisateurs mesurent en permanence le rapport qualité/prix de votre produit digital. Comme eux, vous devez tenir compte de la viabilité de votre produit tout comme vous tenez compte des enjeux de désirabilité et de faisabilité.

Lifetime Value - Valeur à vie (client)

Tout comme le précédent, cet indicateur essentiellement financier est utile pour comprendre, quand cette cette valeur diminue, quelles en sont les raisons.
Et ces raisons peuvent être liées à un désalignement entre votre produit et les attentes de vos utilisateurs.
Car votre produit est vivant et doit être continuellement adapté à vos clients.

Customer Churn Rate - Taux de désabonnement client

Cet indicateur vous donne une mesure précise de vos clients qui n’achètent plus votre produit. C’est dommage 😉 car vous perdez des revenus. Mais pensez aussi à ceux qui ne l’utilisent plus (ou moins), ces utilisateurs “en sommeil”, qui sont
le signe d’un futur départ.

SaaS Quick Ratio - Ratio des revenus, nouveaux vs perdus

Ce ratio est intéressant car il va vous aide à mesure votre croissance en présentant la proportion de nouveaux clients par rapport au clients perdus. Et la croissance est le signe de clients / utilisateurs satisfaient de votre produit. Donnez-vous un objectif de ratio, et suivez-le de près !

L’adoption de votre produit se mesure !!! si si 🙂

À une approche quali, associez une approche quanti, grâce à un outil de mesure / analytics. Sinon, pas d’adoption 😉

#adoption #saas #analytics #uxdesign #uidesign #productdesign #quotidien #digital #professionnels #quotidiendigitaldespros

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

16 janvier 2024

Comment l’IA va transformer le quotidien digital des professionnels en 2024

Comme tous les ans le CES Las Vegas donne le ton de l’année pour toute la Tech. Et cette année 2024 semble sous le signe de la vague de l’IA et ses concrétisations dans notre quotidien des mois et années à venir...

Alors qu’en sera-t-il en 2024 pour LES UTILISATEURS DE VOS SOLUTIONS SAAS ET PLATEFORMES DIGITALES MÉTIER ?

Voici selon use.design, 6 exemples de cas d’usages de l’IA qui vont révolutionner le Quotidien Digital des Pros en 2024 et ainsi vous apporter de nouvelles opportunités :

Cas d'usage #1 - Le SaaS / La plateforme me reconnait...

👷🏻‍♀️ En tant qu’utilisateur.trice d’un SaaS ou d’une plateforme : l’IA peut m’identifier parmi une grande diversité d’utilisateurs.trices, savoir quel est mon poste et mon rôle dans l’entreprise, mais également situer mes besoins, mes activités et mes usages pour ainsi faciliter mon parcours et mon quotidien digital.

🧑‍💻 En tant qu’éditeur d’un SaaS ou d’une plateforme : je dois par exemple développer une IA qui identifie chaque utilisateur selon son PERSONA. Cela veut dire que mon équipe Produit a parfaitement cartographié ces profils utilisateurs, et les a primo- enrichi pour alimenter l’IA.

Cas d'usage #2 - Je discute avec la plateforme...

👷🏼‍♂️ En tant qu’utilisateur.trice d’un SaaS ou d’une plateforme : j’ai un rapport différent avec l’IA car je discute, je converse avec elle. En effet, j’interagis d’une manière qui m’est plus naturelle que les interfaces classiques. J’exprime directement et de manière transparente mon besoin.

👩‍💻 En tant qu’éditeur d’un SaaS ou d’une plateforme : je dois proposer une interface utilisateur de mon IA sous forme d’interface conversationnelle. Mon équipe Produit doit ainsi se poser la question de sa temporalité (présence permanente ou temporaire), et de sa place (lieu et vie).

Cas d'usage #3 - La plateforme s’adapte à mon comportement...

👷🏾 En tant qu’utilisateur.trice d’un SaaS ou d’une plateforme : je suis accompagné par l’IA dans mon utilisation au quotidien, et ce, quels que soient mes besoins du moment. L’IA est capable d’adapter ma plateforme suivant mes comportements, en toute transparence et simplicité, sans friction.

👨🏻‍💻 En tant qu’éditeur d’un SaaS ou d’une plateforme : je dois suivre les indicateurs de mon IA et de ma plateforme pour étudier et comprendre les comportements de mes utilisateurs. Mon équipe Produit doit donc être parfaitement associée à mon équipe Tech dans le cycle de vie de mon IA.

Cas d'usage #4 - La plateforme anticipe mes besoins...

👷🏽‍♀️ En tant qu’utilisateur.trice d’un SaaS ou d’une plateforme : je peux compter sur l’IA pour me proposer les bonnes fonctionnalités en fonction de mes besoins. Elle me connaît et connaît aussi de nombreux autres utilisateurs et peut ainsi anticiper mes besoins en prenant les bons exemples sur d’autres.

👩🏾‍💻 En tant qu’éditeur d’un SaaS ou d’une plateforme : je considère mon IA comme un compagnon (côté Quanti) des études Quali, que je continue à réaliser avec mon équipe Produit. Je vois avec mon équipe Tech comment ces dimensions Quali et Quanti peuvent dialoguer ensemble et se compléter.

Cas d'usage #5 - Je m’améliore grâce à la plateforme...

👷🏻‍♀️ En tant qu’utilisateur.trice d’un SaaS ou d’une plateforme : l’IA apprend constamment sur moi, mes besoins et mes usages, ainsi elle sait me pousser de bonnes pratiques, m’aide à me former, à mieux collaborer. Au final elle m’aide tout simplement à m’améliorer dans mon métier.

👨🏽‍💻 En tant qu’éditeur d’un SaaS ou d’une plateforme : je me sers de l’IA en amont pour m’apporter des Insights utilisateurs, et en aval pour proposer à mes utilisateurs des bonnes pratiques. J’associe les équipes Marketing, Formation, et Support à l’enrichissement de ces contenus.

Cas d'usage #6 - La plateforme me permet d’être plus efficient...

👷🏽‍♂️ En tant qu’utilisateur.trice d’un SaaS ou d’une plateforme : l’IA Générative me permet d’accélérer ou d’automatiser certaines tâches. Je peux ainsi me focaliser sur d’autres activités plus valorisantes, ou me faire aider en partant de ces bases de texte, d’image, de son, de vidéo (...) que l’IA peut me proposer.

👩🏼‍💻 En tant qu’éditeur d’un SaaS ou d’une plateforme : j’imagine, je prototype et j’évalue avec mes équipes R&D (Tech, Produit, Marketing) toutes les opportunités d’IA Générative. En commençant par exemple avec les besoins utilisateurs à couvrir au travers de “Speech-to-...”

Vous aimez 👍 ce contenu ? alors merci de 💬 partager / commenter
et suivez-nous sur notre fil :

Agence de design UX/UI/Product à Paris, accompagne les créateurs de produits digitaux qui facilitent la vie professionnelle depuis 2002

View