Les utilisateurs extrêmes au service de l’innovation

Les utilisateurs extrêmes au service de l’innovation 1920 1280 Use Design


De l’importance de l’extreme user pour l’optimisation de la performance de votre site web e-commerce, logiciel ou application mobile. L’UX, autrement appelée l’expérience d’utilisateur et l’UI ou l’expérience d’interface, sont les deux piliers sur lesquels s’élabore la stratégie des designers. Penser en amont afin de concevoir un produit adapté à ceux qui l’utilisent au quotidien, que ce soit pour le travail ou toute autre activité, requiert des données précises avec, entre autres, comment les utilisateurs se servent du produit. Les concepteurs observent et collectent des méthodes de travail et d’appropriation des outils qu’ils mettent au service de leurs utilisateurs. Ce sont ensuite des retours sur expérience qui permettent d’affiner les logiciels et les interfaces. Ils rendent la prise en main beaucoup plus intuitive et rapide. Afin de rendre ces expériences encore plus justes, ils font également appel à ce qu’on appelle communément des utilisateurs extrêmes ou extreme users. Que recouvre cette appellation ? Qu’est-ce qui caractérise leur comportement ? Comment les designers peuvent-ils collecter et mettre à profit les expériences de ces utilisateurs de l’extrême ? Voyons ces aspects dans le détail.

Ce billet vous est proposé par Use.Design, une agence UX à Paris spécialisée dans le Design Thinking et l’optimisation de l’expérience utilisateur digitale.

Le pragmatisme de l’utilisateur extrême

Ce qui distingue l’extreme user des utilisateurs qui sont soit plus occasionnels, soit moins engagés, c’est évidemment leur capacité à envisager tous les aspects d’un problème. Il suffit de leur soumettre un projet pour qu’ils parviennent à énumérer et référencer toutes les actions à mettre en œuvre et tous les besoins à satisfaire pour que leur expérience soit la plus aboutie possible. Ainsi, s’il s’agit d’aménager un espace, l’utilisateur extrême et capable d’inventorier tout ce qu’il faut mobiliser comme éléments en amont comme :

• La luminosité et l’éclairage ;

• Les matériaux employés pour réaliser un aménagement dans l’air du temps ;

• Définir les ouvertures et le sens de circulation pour que les utilisateurs se déplacent aisément ;

• Choisir les couleurs pour que le lieu soit le plus accueillant possible.

Il est également apte à prévoir l’utilisation future du lieu et les éventuels entretiens à effectuer tels que :

• Un nettoyage régulier des lieux ;

• Un arrosage des plantes ;

• Des aménagements supplémentaires afin d’améliorer le confort et la qualité de vie de ceux qui se servent de tous les aménagements du lieu.

In fine, l’extreme user est celui qui sait s’investir dans tous les aspects d’un projet. Il sait à la fois utiliser et proposer des améliorations pour optimiser le produit. C’est pour cela que les utilisateurs extrêmes sont un vivier très appréciable pour les designers pour innover et proposer des produits adaptés au plus grand nombre.

Le design thinking, le moteur de l’économie de l’expérience

L’expérience utilisateur dans notre société de consommation est rapidement devenue l’axe central de concepteurs. Le client, au-delà d’un produit ou un service, recherche une expérience. Il faut que celle-ci soit unique, voire exceptionnelle. Dans tous les cas, elle doit répondre à ses attentes. Le design thinking permet de proposer des produits ou des services en fonction des besoins avec comme principe du design thinking le décloisonnement des modes de pensée afin de conduire efficacement à la finalisation d’un produit, d’une interface ou d’un service. C’est à ce niveau que les compétences de l’UX et de l’UI s’entrecroisent et se combinent afin de parvenir à une synthèse constante et un ajustement éventuellement. Cette alchimie se produit entre les compétences analytiques du technicien et l’intuition et la créativité des designers. C’est une inversion du paradigme qui place l’utilisateur au centre de toutes les préoccupations du concepteur. Cette démarche débouche immanquablement sur un travail de collaboration entre les espaces de production. Ceux-ci se croisent et s’enrichissent avec des services de l’entreprise qui travaillent de manière transversale. On parle alors de cross-department où les expériences sont partagées afin de faire progresser le produit et de le rendre plus intuitif, plus performant, plus en phase avec les goûts et les besoins des utilisateurs. Un autre niveau de décloisonnement et de collaboration prend naissance à ce moment dans le domaine du design et de la conception, à savoir :

• Ce qui est attendu par l’utilisateur en fonction de ses besoins et de ses attentes ;

• ce qu’il est techniquement possible de réaliser en fonction des moyens mis en œuvre ;

• ce qui est économiquement rentable pour que concepteur et utilisateur soient également satisfaits.

C’est en définitive cette stratégie essayant de concilier les contraintes avec les expériences extrêmes qui favorisent l’amélioration des produits pour le plus grand nombre d’users. La collaboration est donc un pilier de cette économie de l’expérience.

Pour en savoir plus sur l’extreme user, découvrez notre article détaillant les 3 raisons pour lesquelles les extreme users stimulent votre innovation.

Dites-nous qui vous êtes et ce qui vous ferait plaisir. Pensez à nous laisser un email et/ou un numéro de téléphone, comme vous préférez, et on vous recontacte rapidement 😉